Oriente-moi santé

Le jour où j’ai décidé que ma santé valait plus que 1000 $

Quelle valeur a ta santé, est-ce que tu t’es déjà posé cette question? Et si je te mettais au défi de le faire? Il faut parfois faire le choix de prioriser sa santé que de perdre un joli montant d’argent en délaissant des obligations… mais ce n’est pas si facile à faire. C’est le choix que j’ai dû faire récemment, au détriment de mon orgueil et de mon portefeuille.

 

Oriente-moi santé 2

La santé, un trésor sous-estimé

 

La valeur réelle de ma santé, je ne la connais que depuis un an. Avant, je n’y avais jamais vraiment songé. Je la prenais pour acquise et jamais il ne m’est venu à l’idée qu’elle pourrait se détériorer. Elle ne m’avait jamais fait faux bond, me suivant et tenant bon en toutes circonstances. Rien ne pouvait venir à bout de moi; tout était possible et si quelqu’un, quelque part dans le monde pouvait faire quelque chose, et bien moi aussi. C’était ça, ma façon de penser… jusqu’au jour où j’ai dû me rendre à l’évidence qu’on avait tous nos limites.

 

À cette époque, je travaillais dans une entreprise à titre de secrétaire et, sans entrer dans les détails, j’avais une vie assez mouvementée dans toutes les sphères de ma vie. Cette instabilité, qui me plaisait au départ (je redoutais viscéralement la routine), s’est mise peu à peu à me gruger un peu plus d’énergie. Mon emploi de secrétaire était de plus en plus lourd, car il allait à l’encontre de mes valeursEt puis un matin, ce mal-être que je refoulais et que j’ignorais depuis trop longtemps s’est mis à se manifester de plusieurs façon…

 

Oriente-moi santé 3

Au départ, ce n’était que des insomnies et je me disais que c’était banal, que ça allait passer. Puis, ce fut au tour de mon appétit de disparaître suivi de ma capacité à ressentir des émotions positives, de ma concentration et de mon énergie en général. À force d’attendre en me disant que ça allait revenir, j’ai réussi à épuiser le peu de ressource qui me restait. Le verdict est finalement tombé : dépression avec symptômes anxieux.

 

Ce fut alors le début d’une longue période à laquelle je n’étais pas du tout préparée. Comment fait-on pour accepter que nous ne sommes plus la personne qu’on a toujours pensé être? Quelques remises en question, un suivi avec un professionnel et beaucoup de temps plus tard, j’ai commencé à m’en remettre. J’ai dû apprendre à ajouter des périodes dans ma journée qui étaient dédiées à moi et seulement à moi. J’ai dû réfléchir à mon avenir.

 

Finalement, j’ai pris les décisions de déménager avec mon conjoint et un colocataire ainsi que d’entrer pour la première fois de ma vie à l’université. Ayant seulement un DEP en secrétariat, je suis entrée par la porte des candidats adultes, avec quelques tests à passer et des cours complémentaires à réussir avant d’être officiellement acceptée dans mon BAC en orientation.

 

Quand la santé revient et s’en va…

 

Mon entrée à l’université s’est bien passée. J’ai tout de suite senti que j’étais à ma place dans ce choix de carrière. Honnêtement, c’est le plus beau cadeau que je pouvais me faire. Oui, j’avais 29 ans. Oui, c’est dispendieux des études universitaires. Oui, c’était un risque de m’embarquer dans un aussi gros projet peu de temps après avoir stabilité ma santé mentale. Oui, j’aurais pu attendre et me mettre de l’argent de côté. Mais entre toi et moi, est-ce qu’il y a vraiment un moment parfait et idéal pour faire une transition de vie? Parfois, il faut se préparer et décider de foncer.

 

Durant le début de mes études universitaires, nous avons accueilli et hébergé quelques personnes à notre appartement. En fait, pendant près de deux mois, presque consécutivement, durant ma première session d’études. Ce fut difficile, mais comme je n’habitais pas seule dans mon appartement, je ne pouvais pas décider de la vie des autres. J’ai donc essayé, tant bien que mal, de faire avec. Je m’en suis sortie avec des résultats très satisfaisants.

 

Durant ma deuxième session, j’ai dû faire face à certains problèmes de colocation. Nous avons dû trouver un terrain d’entente pour que mes sessions d’études ainsi que la visite qu’on accueillait encore dans notre 4 1/2 coordonnent bien ensemble. J’ai pleuré, j’ai ragé, mais j’ai tout de même trouvé la force de réussir mes examens. Les résultats obtenus étaient encore, pour la plupart, très bons.

 

Le jour où j’ai décidé que ma santé valait plus que 1000 $

 

À la fin de ma session d’hiver, j’avais décidé de prendre une session d’été, une semaine après la fin des cours, question de prendre un peu d’avance et d’alléger mes autres sessions. Je me suis donc inscrite à 4 cours à distance.

 

Au début, tout se passait bien. Tout le monde m’avait dit que j’en avais pris beaucoup sur mes épaules cet été, mais je me disais que je n’occupais pas d’emploi contrairement à la majorité de mes collègues universitaires. Je me disais que j’allais y arriver… jusqu’à tout récemment : ma santé a fini par me rattraper, mais cette fois, j’ai vu les signes s’installer doucement avant qu’il ne soit trop tard. Je ne peux t’exprimer à quel point je me suis sentie faible à ce moment-là de ma vie.

 

La date d’abandon sans échec, mais sans remboursement, de mes cours arrivait dans quelques jours. J’ai eu une décision difficile à prendre : continuer et serrer les dents jusqu’à la fin des cours OU abandonner la session d’été et prendre soin de moi. 

 

Non sans douleur, la décision est devenue peu à peu une évidence : ma santé valait plus que les 1000 $ de frais d’inscription déjà payés. J’ai donc décidé d’abandonner pour avoir assez de force pour recommencer une session normale à l’automne.

 

Et vous savez quoi? Même si mon orgueil en a pris un coup, c’est la meilleure décision que j’ai prise de l’année. Je me suis choisie.

 

La morale de cette histoire?

 

1) N’attends pas d’avoir atteint tes limites avant de t’arrêter. Le chemin du retour n’en sera que plus long.

 

2) Tu as le droit de t’exprimer, de dire ton opinion et de dire non. C’est ton droit d’être entendu(e).

 

3) La santé est un bien précieux et non un acquis. N’attends pas de la perdre avant de t’en rendre compte.

 

4) Si tu ne prends pas le temps de penser à toi, personne ne le fera à ta place. Et si tu ne le fais pas, tu ne pourras pas prendre soin des autres non plus.

 

5) TU N’ES PAS FAIBLE, OK? Tes limites, ta situation de vie et tes contraintes de vie sont différentes et sont propres à toi. Tu ne peux pas te comparer objectivement aux autres. Tu es toi, c’est tout, et tu dois accepter qui tu es.

 

Et toi, tu as déjà dépassé tes limites?

 

Psssst… pour prendre du temps pour toi, tu as besoin d’identifier tes loisirs et de prendre un moment pour les pratiquer. Pour une liste de loisirs, consulte la grille disponible dans mon article sur les loisirs 🙂

 

Articles qui pourraient t'intéresser!

2 commentaires sur “Le jour où j’ai décidé que ma santé valait plus que 1000 $”

  1. Allo merci pour ta belle lecture , je me suis vue j’ai fait 3 dépression, anxiété sévère, depuis 18 ans je travail dans un hôpital donc sa lire stable, je suis en arrêt depuis 8 mois et crois moi qu un bon matin je me suis levé et j ai dit à mon mari je ne suis plus bien dans mon travail ,,,je dois retourner c est sur mais ma décision est prise, je suis à me trouver un local et j ai ma boutique de vêtements ici et je vais partir à mon compte même si les peur de mon mari est présent je vais foncer et il, arrivera ce qui doit arriver mais l important maintenant à 50 ans et de penser à moi et à ce que je veux faire et j ai compris que le argent apporte pas la santé mentale donc c est à suivre j aurais la réponse mercredi de cette semaine si la dame me louer le local pour un an , après je vais voir si tout marche bien , je n ai pas voulu me donner un autre pression de signe 2 ans , donc j ai demandé de me donne ma chance de partir une boutique, donc la dame va me confirmer ce mercredi, mais depuis que j ai pris la décision de ne plus retourner dans le milieu hospitalier je me sens vivre ,,,merci à toi d avoir partager, donc j ai pris conscience que je suis pas seul dans cette galère au plaisir de te lire à nouveau, passe une belle journée
    P,s j ai un site web depuis 6 mois mais j ai rien mise encore dedans

    1. Allo Josée!

      Je te remercie de ton beau commentaire! 🙂 Quelle belle décision tu as prise, je ne peux que te féliciter! Tu es loin d’être seule, ne t’inquiète pas!
      Je te souhaite la meilleure des chances dans ton nouveau projet! Je suis certaine que tu vivras de belles aventures!
      Ton site web parlera de quoi? Je t’invite à joindre ma page Facebook (Oriente-moi) pour me donner des nouvelles de ce nouveau projet!
      Prends soin de toi et bonne chance encore!

      Jessica

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *